Cécile Kyenge MEP à Addis-Abeba : « Nous avons besoin d’une vision globale et holistique du phénomène migratoire »

Lundi, Décembre 11, 2017 - 09:15

 

Cécile Kyenge, Membre du Parlement Européen, Vice-Présidente de la Délégation du Parlement Européen à l’Assemblée Parlementaire ACP-EU, était invitée comme oratrice principale à la Conférence internationale sur les liens entre migration, développement et sécurité, organisée par la Fondation Européenne d’Etudes Progressistes (FEPS), Istituto Affari Internazionali (IAI) et le National Democratic Institute (NDI) à Addis-Abeba.

 

 

 

Cécile Kyenge a porté une vision progressiste et globale sur la question migratoire :

 

« J’en appelle à changer de prisme et à proposer une nouvelle lecture du triangle migration / sécurité / développement.

 

Nous devons sortir de la vision étriquée et populiste, que les flux migratoires sont nécessairement une menace à notre sécurité ; qu’il faut accroître l’aide au développement pour limiter les mouvements migratoires ; qu’il faut augmenter la sécurité aux frontières pour stopper le passage de migrants.

 

Nous devons, ensemble, d’essayer de changer de paradigme, et donc de changer de narratif. »

 

 

 

Rappelant les conclusions de son rapport parlementaire, Cécile Kyenge a affirmé que « c’est d’une vision globale et holistique du phénomène migratoire et des réponses à y apporter » dont nous avons besoin.

 

« Les importants flux migratoires récents ont fait vaciller nos mécanismes et nos certitudes. A l’heure où nous devons repenser et refonder entière la politique migratoire de l’Union européenne, je tiens à rappeler que la solidarité est le principe fondamental sur lequel elle doit reposer.

 

 

 

Nos réponses doivent être globales et cohérentes, sur le court, moyen et long terme. Seul le changement de paradigme du phénomène migratoire permettra à l’Union européenne et à la communauté internationale de sortir de la logique de l’urgence et de se pencher vers des solutions à court, moyen et surtout long terme. »

 

 

 

Cécile Kyenge a rappelé que « nous progressistes l’avons affirmé lors du Sommet des parlementaires européens et panafricains à Abidjan : nous voulons déconstruire le lien entre aide au développement et gestion migratoire.

 

Nous refusons cette conditionnalité que les conservateurs européens veulent imposer à l’Afrique. Nous refusons d’externaliser au continent africain la gestion de nos frontières.

 

Les relations entre nos deux continents ne peuvent pas se limiter à la gestion des flux migratoires et l’avenir des jeunes africains ne peut pas être pris en otage par l’agenda sécuritaire européen. »

 

 

 

Cécile Kyenge a conclu en réaffirmant le soutien indéfectible du groupe des Socialistes et Démocrates à la construction d’un agenda progressiste pour l’Afrique, rappelant que le S&D a poussé le Parlement à remettre l’Afrique en haut de l’agenda politique européen, avec l’organisation annuelle d’une Semaine Afrique.

 

« Nous ne nous battons pas pour l’Afrique, nous nous battons avec l’Afrique.

 

Et c’est bien avec elle, que nous répondrons aux grands défis d’aujourd’hui et de demain, en tant que partenaires égaux et unis. »

 

Location: 
Belgique
Photos: 
Ce que nous défendons: 
Migration
Le GPF dans le monde: 
Afrique