Le Groupe S&D s'inquiète de la violation de la liberté d'expression et de la presse au Maroc

Wednesday, October 16, 2013 - 00:00

Le Groupe S&D s'inquiète de la violation de la liberté d'expression et de la presse au Maroc

Le directeur de l'édition arabophone du site d'information marocain Lakome, Ali Anouzla a été arrêté le 17 septembre dernier pour avoir publié un lien vers le site du quotidien espagnol El País renvoyant vers une vidéo d'« Al-Qaïda au Maghreb islamique » (AQMI), intitulée « Maroc: royaume de la corruption et du despotisme ». Le 24 septembre, il a été déféré devant le juge d'instruction pour "assistance matérielle", "apologie du terrorisme" et "incitation au terrorisme". Il encourt 20 années d'emprisonnement.  Le site d'information Lakome avait pourtant précisé d'emblée qu'il s'agissait d'une vidéo de "propagande".

"Les journalistes ne doivent pas être pénalisés pour avoir poursuivi leur travail légitime", a rappelé Véronique De Keyser, Vice-Présidente du Groupe S&D en faisant référence à l'article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Tout récemment, deux adolescents ayant posté leur baiser sur la toile ont été incarcérés trois jours au centre de mineur de Nador avant d'être relâchés. Les poursuites pour atteinte à la pudeur sont maintenues. Ils encourent jusqu'à deux ans de prison.

"La liberté d'expression et de la presse sont le fondement d'un État démocratique. Le partenariat avancé entre l'Union européenne et le Maroc se fonde sur l'approche du « plus pour plus », qui doit soutenir le développement du pluralisme et de la diversité des médias,la protection des journalistes, la liberté d'expression et le droit d'informer", a souligné Mme De Keyser.

Initiatives: 
Listen to the Progressive Mediterranean